erwin-jugel-verlag
  Pour mes amis en France
 
Pour mes amis en France
Cette page est écrite pour mes amis en France. Je voudrais bien me remercier pour la réception cordiale que j'ai toujours eue pendant mes voyages et stages en France. Dans le lycée à Schorndorf Français était obligatoire pour tout le monde. Dans la branche des sciences naturelles on commençait à apprendre Français comme deuxième langue après Anglais dans la septème classe. Dans la branche philologique on commençait à apprendre Français dans la neuvième classe après Anglais et Latin. Dans le baccalauréat Français était obligatoire pour tout le monde. En Angleterre, où j'ai passé 3 mois en 1968, on apprenait Français comme première langue. Comme ça le niveau était plus élevé comparé avec l'Allemagne. Par exemple on écrivait des compte-rendus.
Comme je fais la collection des timbres depuis longtemps (1959 ?), j'avais des timbres postes français même avant mes classes françaises, par exemple ce timbre-ci de 1964, le vingtième anniversaire de la libération avec la fameuse allocution du Général de Gaulle "A tous les Français" du juin 1940:




Bien sur le texte n'était toute de suite comprehensible pour moi, parce que je commençait à apprendre français en 1967 seulement. Mais en 1970 je suis devenu curieux et j'ai fait des copies du texte pour mes camarades de classe au lycée de Schorndorf. À l'aide du professeur Bergmann nous avons lu et traduit ce texte. Depuis quelques ans j'ai aussi le magnetophone avec la voix originale du Général de Gaulle. En 2009 notre organisation de la marine a rendu visite en Alsace. Nous avons vu le fort Moltke-Rapp au nord du Strasbourg. Là il y a un musée avec un affice de cette allocution. Des avions anglais avaient distribué milles de ces affiches en toute la France. On m'a dit que les Anglais avaient confondus la séquence de la tricolore ... De toute façon une foix de plus j'ai traduit le texte de cette allocution pour mes camarades de marine. C'est toujours impressionant.
La ville de Schorndorf est jumelée avec Tulle en France.
Encore à l'école j'ai passé mon premier stage en France en 1971 dans une famille à Dijon. J'ai fait la connaissance avec la cuisine française. À Paque on a mangé à partir de midi jusqu'à 5 heures de l'après-midi. Avec notre groupe nous avons visité Beaune et Taizé. À Dijon nous avons visité les usines Amora (moutarde de Dijon) et pour les Gauloises, Gitanes et Boyards. Malheureusement les Boyards n'existent plus à cause de danger pour la santé. C'était une cigarette merveilleuse, 50 % plus fort que les Gitanes Maïs.
La même année j'ai passé 4 semaines dans le cours d'été à Dijon. Je fais la connaissance de mon premier ami français Pierre Lacroix, maintenant Docteur Pierre Lacroix et mon confrère. Il m'a montré la Bourgogne: Alésie, Autan et le Morvan. À bicyclette j'ai visité Seurre et Dôle. Il y a avait aussi un cours de cuisine. J'ai appris à faire des escargots et mousse au chocolat. Retournant en Allemagne j'ai passé par Paris, ma première visite dans cette ville mer-veilleuse. J'ai visité le quartier des Halles, malheurement pour la dernière fois, parce que ce quartier n'existe plus. J'ai mangé pour la première fois dans le restaurant Au-Pied-de-Cochon, on se sont rencontrés les ouvriers des halles, les gens après l'Opéra, des touristes et des puttes. J'ai dégusté la soupe à l'ognion, inventée dans ce quartier, avec un verre de Muscadet. J'ai passé plusieurs heures dans ce restaurant qui est ouvert jour et nuit 365 jours par ans. Plus tard il y a des artistes, violinistes et envoûteurs. Le matin on a vendu des journaux.




Dans trois jours j'ai visité toute la ville à pied. J'ai monté la Tour Eiffel jusqu'au troisième étage. Après j'ai marché vers l'Arc de Triomphe. Les années suivantes je suis allé très souvent à Paris. En rentrant en Allemagne j'ai passé d'abord par Compiègne pour visiter le wagon historique des deux capitulations: 1918 et 1940.  Ensuite je suis descendu à  Reims pour visiter les caves de Pommery. Ensuite je suis allé à Verdun pour visiter les camps de bataille de la guerre 1914-1918. Je me suis souvenu de la phrase du maréchal Pétain: "On ne passera pas." Beaucoup d'années après j'ai visité le château de Sigmaringen, où Pétain et Lavalle ont passé plusieurs semaines en 1945.
En 1972 j'ai eu un accident grave à Château-Thierry. Mon ami Konrad était blessé. J'ai dû aller au tribunal l'année prochaine. Comme j'étais bien préparé j'ai gagné le procès. En même temps j'ai passé encore 10 jours à Paris. J'ai obtenu une très bonne connaissance de la ville et les environs Versailles, St.Dénis, St.Germain-en-Laye etc.
Pendant mes études de médecine j'ai visité la France chaque année.
En 1974 j'ai participé aux vendanges dans la région de Bordeaux. C'était un Bordeaux 4ième cru: Château de Beychevelle, propriétaire Baron Rothschild. J'ai fait la connaissance de ma première amie française Dominique.
En 1975 j'ai fait un tours cycliste dans la vallée de Loire et j'ai visité une vingtaine de châteaux. J'aime le plus Chenenceau, mais aussi Azay-le-Rideau. À la fin des vacances j'ai passé quelques jours dans l'auberge de la jeunesse de St.Jean-de-Mont. Là j'ai fait la connaissance de Philippe et Édith. Les années prochaines j'ai rencontré Édith plusieurs fois à Nancy et à Baden-Baden.
En 1976 au printemps nous avons fait un voyage en famille à Paris. J'été une fois de plus émerveillé de la beauté de la ville. Nous avons aussi visité le Moulin Rouge, où on a fait une photo en famille:






En été Pierre m'a invité à faire un stage dans le service de cardiologie au Centre Hospitalier de Troyes. J'ai fait aussi la connaissance d'une  Libanaise avec laquelle je pouvais apprendre un petit peu la langue arabe.
En 1977 Maria et moi on fait un tours cycliste en Bretagne. Les premières 3 semaines nous avons fait la côte du nord à partir de Rennes du Mont-St.Michel jusqu'à Brest. À Brest Maria est rentré en Allemagne et moi, j'ai fait le sud de la Bretagne. J'ai fait du camping sauvage dans la baie d'Audierne. Là il y a de grandes vagues. Après j'ai visité Concarnaux, l'île de Groix et Belle-Ile. J'ai aussi visité le golf du Morbihan avec ses 300 îles. J'ai fait du camping sauvage sur l'Île-aux-Moines.
En 1978 j'ai visité l'intérieur de la Bretagne (Argoat) à bicyclette par contre la côte (Armor). À la fin j'ai pris le bâteaux à Vannes pour passer le golf du Morbihan en direction de Belle-Île. Là j'ai rencontré mes parents. Nous sommes rentrés ensemble en Allemagne.
À partir de 1979 j'ai fait mon service militaire à l'otan dans le quartier général des puissances alliés en Europe, au shape. Le shape se trouve dans la partie francophone de la Belgique à Mons, en Flamand Bergen, tout près de la frontière française. Je suis allé très souvent en France, à Maubeuge ou à Valenciennes, où on a mangé dans L'Auberge Fermier. Suivant le conseil du colonel Stutzki j'ai visité les portraits de Maurice Quentin de la Tour dans le musée Antoine Lécuyer à Saint Quentin. Parfoix je suis allé au theâtre à Paris, par exemple au Caveau de la République à la Place de la République ou Aux Deux Ânes à la Place Pigalle.
Pour aller à Paris il m'a fallu seulement deux heures et demie en voiture. Les théâtres commençaient seulement à neuves heures du soir. Après j'ai mangé au Pied-de-Cochon dans l'ancien quartier des Halles.
À la fin de mon service militaire au shape j'ai fait encore deux semaines de vacances en Bretagne pour visiter à bicyclette l'ouest (Finistère). J'ai rencontré encore une fois mes parents dans leur hôtel à Douarnenez. J'ai visité le Cap de la Chèvre, l'Île d'Ouessant et l'Île de Sein. L'Île de Sein est particulièrement connu, parceque en 1940 tous les habitants ont quitté en bâteaux leur île pour aller en Angleterre évitant l'occupation.
La prochaine fois j'ai visité Paris en 1982 en allant en Normandie pour un autre tours cycliste. J'ai découvert le musée Marmottan avec sa collection unique de Monet. Dans les années de 80 j'ai visité souvent Paris, pratiquement chaque année, pour des expositions. Mon frère a passée une année pour des études économiques à Paris. Comme ça je pouvais loger chez lui. Nous avons célébré sa maîtrise dans le fameux restaurant Maxime dans la rue Royale. C'était une experience formidable. Je suis venu souvent pour des expositions: Monet dans le centre culturel du marais, Braque dans le centre George Pompidou, Manet et Renoir dans le Grand Palais.
 En 1983 j'ai fait un tours cycliste à la Côte d'Azur, à partir de Marseille jusqu'à Menton aux mois de février et mars. J'ai visité des expositions et des musée chaque jour, en total 23 collections. J'ai beaucoup aimé la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, ainsi que le restaurant La Colombe d'Or avec sa collection privée des peintres moderne. Je pouvais manger au milieu des peintures de Braque, Picasso, Modigliani, Chagall etc.
En 1986 j'ai fait un tours cycliste en Provence au mois d'août avec les lavandes fleuries. J'ai suivi les Gorges du Verdon jusqu'à Castellane pour joindre la route Napoléon. À une altitude de 1000 mètres je suis allé jusqu'à Grasse (500 - 333 mètres) pour descendre vite vers Cagnes-sur-Mer. A partir de Nice j'ai suivi la Corniche Moyenne passant Èze, nid-d'aigle de la Côte-d'Azur, et la Turbie, en haut de Monaco avec une vue splendide de Montecarlo. Finalement je suis arrivé encore une fois à Menton. La rentrée en train suivant la Côte-d'Azur était encore une fois une experience magnifique.
En 1987 j'ai fait la connaissance de la famille Alajouanine dont un oncle est le fameux psychiâtre Théophil Alajouanine:






Dans la même année  j'ai participé au concours d'internat pour les médecins à Lille et a Metz, malheurement sans succès.
En 1992 j'ai passé un semestre à l'Institut Catholique à Paris. J'ai suivi des lectures du livre des juges.




À Bingen on trouve ce monument de Victor Hugo. En arrière-plan on voit le Rhin et le Mäusles-felsen.



 
Bronze de Victor Hugo par Auguste Rodin sur une colonne de granit provenant de la Kaiser-pfalz de Charlemagne. En souvenir des voyages de Victor Hugo sur les bord du Rhin érigé le 21 mars 1994 par Madame Rose Marie Reinhardt le l'amicale Rhénanie-Palatinat / Bourgogne Monsieur Michel Douon Consul Général de France et Monsieur Erich Naujagk maîre de Bingen en hommage à l'oeuvre de Victor Hugo.
Malheureusement l'écriture est à peine lisible et la photographie coupée. Comme ça J'ai transcrit les mots. J'ai visité le monument de ce grand européen plusieurs fois. La dernière fois j'ai y été pour le BHV (Bundeshauptversammlung = Congrès Féderal) du KVDA (Kraftfahrverband Deutscher Aerzte = Association Automobiliste des Médecins Allemands) le 23 et 24 octobre 2010.




J'ai aussi visité la maison de Victor Hugo à Guernsey et j'ai lu son grand oeuvre "Notre-Dame de Paris".
En 2010 j'ai vu le film "L'Arbre et la Forêt" au Festival du Cinéma Français à Tübingen.

À la fin de l'année l'ACORAM a annoncé le changement du MOM Stuttgart:



 
Au commencement de 2011 il y avait encore une fois un festival du film arabe à Tübingen. Tous les films sont montrés en arabe avec des sous-titres français ou anglais. Particulièrement émouvant était le film "Hors de la loi", une histoire en Algérie, qui commençait le 8 mai 1945 à Sétif avec un massacre horrible et a fini avec la guerre d'Algérie et l'indépendence.


In der Umschrift: Al churaidschun an al qanun.

En 2011 j'ai vu à Tübingen le film "La rafle".

Le 21 mai 2014 j'ai testé le film "2 automnes, 3 hivers" dans le cinéma Arsenal à Tuebingen.
 
  Heute waren schon 1 Besucher (17 Hits) hier!  
 
=> Willst du auch eine kostenlose Homepage? Dann klicke hier! <=